Le nombre de radicalisés français a augmenté de plus de 60 % en moins de deux ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le nombre de radicalisés français a augmenté de plus de 60 % en moins de deux ans
©Reuters

Inquiétant

Le nombre de radicalisés français a augmenté de plus de 60 % en moins de deux ans

Selon le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, il y aurait aujourd'hui 18.550 cas signalés en France.

Quel est le paysage de la radicalisation de la France ? Le Figaro s'est intéressé à cette question dans un article publié le 10 août. Le quotidien relate que pour recenser les radicalisés, un outil a été créé en mars 2015 : le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Ce fichier est en constante évolution, avec des entrées et des sorties. Mais il est surtout un fichier qui grossit à vue d'œil. Après les attaques de Paris et de Saint-Denis en 2015, 11.400 cas étaient signalés. Moins de deux ans après, le nombre est passé à 18.550 cas... soit une hausse de plus de 60 %.

Les statistiques du fichier proviennent de trois sources : les préfectures via les états-majors départementaux de sécurité,  les individus signalés par le public via le Centre national d'assistance et de prévention de la radicalisation, gérant notamment le numéro vert de signalement,  et le fichier, géré par l'unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat),

L'outil permet de dresser un état des lieux de la situation des radicalisés en France. Au niveau géographique, on constate notamment une forte présence dans les départements d'Île-de-France, du Nord, des Bouches-du-Rhône, du Rhône et des Alpes-Maritimes. Par ailleurs, le fichier permet d'affiner le profil de ces personnes. En juin 2017, et pour ne parler que des individus recensés via les préfectures ou le public, on constate ainsi que les convertis représentaient plus de 34 % des cas. Par ailleurs, les femmes représentent 26 % des cas et les mineurs un peu plus de 16 %. 

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !