Le gouvernement projetterait d'inscrire dans la Constitution la possibilité de prolonger l'état d'urgence | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le gouvernement projetterait d'inscrire dans la Constitution la possibilité de prolonger l'état d'urgence
©Reuters

Sécurité

Le gouvernement projetterait d'inscrire dans la Constitution la possibilité de prolonger l'état d'urgence

Des sources gouvernementales auraient évoqué une durée maximale de 6 mois.

Le gouvernement projetterait d'inscrire dans la Constitution française, un dispositif visant à augmenter la durée de l'état d'urgence. Des sources gouvernementales auraient évoqué une durée maximale de 6 mois, se référant à un avant-projet de loi récemment transmis au Conseil d'Etat. Celles-ci ont également affirmé que ce projet de révision de la loi fondamentale, serait présenté lors du Conseil des ministres le 23 décembre prochain. L'état d'urgence sera-t-il prolongé jusqu'au mois de mai ? Cela dépend de la menace terroriste avait répondu Manuel Valls.

Cet état d'urgence proclamé par François Hollande à la suite des attentats du 13 novembre, restreint les libertés de façon exceptionnelle, par mesure de sécurité et "confère aux autorités civiles, dans l'aire géographique à laquelle il s'applique, des pouvoirs de police exceptionnels portant sur la réglementation de la circulation et du séjour des personnes, sur la fermeture des lieux ouverts au public et sur la réquisition des armes", selon le Sénat. "L'état d'urgence est là précisement pour protéger nos libertés. Nous faisons face à des actes de guerre", a rappelé le Premier ministre au micro d'Europe 1 le 1er décembre dernier. "Pour faire face à cette menace qui vise notre démocratie il faut se protéger, c'est le but de l'état d'urgence".

"Il y a un débat dans notre société. L'état d'urgence a été voté par le parlement pour trois mois. Les insignations à residence et les perquisitions permettent de lutter contre le terrorisme et oui il y a une restriction provisoire de liberté, c'est l'interdiction de manifester". Le Premier ministre a également indiqué que 320 armes ont été saisies et plus de 2 000 perquisitions administratives réalisées depuis l'entrée en vigueur de l'état d'urgence.

Lu dans 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !