Le gouvernement décide de dissoudre le groupuscule les Zouaves Paris, soupçonné d'être impliqué dans les violences lors du meeting d’Eric Zemmour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le groupuscule les Zouaves Paris a été dissous ce mercredi 5 janvier en Conseil des ministres, selon une annonce de Gérald Darmanin.
Le groupuscule les Zouaves Paris a été dissous ce mercredi 5 janvier en Conseil des ministres, selon une annonce de Gérald Darmanin.
©COLIN BERTIER, AURELIA MOUSSLY, LAURA DIAB / AFP

Ministère de l’Intérieur

Le gouvernement décide de dissoudre le groupuscule les Zouaves Paris, soupçonné d'être impliqué dans les violences lors du meeting d’Eric Zemmour

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé la dissolution du groupuscule les Zouaves Paris. Le décret publié mercredi accuse le groupe d'être « à l'origine de nombreux et récurrents agissements violents » et de « propager un discours ouvertement raciste ».

Le groupuscule les Zouaves Paris, soupçonné d'être impliqué dans les violences commises lors du meeting d'Eric Zemmour à Villepinte en décembre, a été dissous ce mercredi 5 janvier en Conseil des ministres, selon une annonce du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

Selon le décret de dissolution, ce groupe informel, apparu en 2017 et rassemblant une vingtaine de membres, est accusé d'être « à l'origine de nombreux et récurrents agissements violents » et de « propager un discours ouvertement raciste », diffusant « régulièrement des images reprenant les symboles de l'idéologie nazie ».

Soupçonné d'être impliqué dans les violences contre des militants de SOS Racisme en marge du meeting d'Eric Zemmour, le dirigeant présumé du groupe a été mis en examen pour violences volontaires mi-décembre.

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !