Le Coronavirus menace la zone euro et "l'avenir politique de notre continent", selon Bruno Le Maire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le Coronavirus menace la zone euro et "l'avenir politique de notre continent", selon Bruno Le Maire
©ludovic MARIN / POOL / AFP

Destruction du système ?

Le Coronavirus menace la zone euro et "l'avenir politique de notre continent", selon Bruno Le Maire

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a averti jeudi devant l'Assemblée nationale que la crise du Coronavirus représentait une réelle menace pour la zone euro et posait la question de "l'avenir politique de notre continent".

Quelques députés et certains ministres du gouvernement étaient réunis ce jeudi à l’Assemblée nationale dans le cadre de l’ouverture des débats sur le projet de loi de finances rectificative. 

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire s’est exprimé sur la crise sanitaire du Coronavirus et sur son impact politique et économique pour l’Union européenne :  

"Soit la zone euro réagit de manière unie à la crise économique et elle sortira plus forte, soit elle réagit en ordre dispersée et elle risque de disparaître. Notre responsabilité dépasse donc les seules questions économiques et financières. Il en va de l'avenir politique de notre continent [...] Nous sommes entrés dans une guerre économique et financière. Cette guerre sera longue. Cette guerre aura un coût, que nous ne pouvons pas estimer totalement au moment où je vous parle".

Le gouvernement français est mobilisé pour lutter efficacement contre le virus sur le plan sanitaire et des mesures sont déployées sur le plan économique afin d'aider les entreprises et les travailleurs. 

A l'échelle europénne, les différents pays tentent de s'entraider et de mettre en place des politiques communes. La BCE a notamment annoncé un plan d’urgence et le déblocage de moyens financiers exceptionnels. L'institution dirigée par Christine Lagarde a mis sur la table 750 milliards d'euros. Des mesures sont également appliquées aux frontières de l’Europe. 

Bourse Direct

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !