Lait infantile contaminé : Macron affirme que des "sanctions" pourraient être prises | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Lait infantile contaminé : Macron affirme que des "sanctions" pourraient être prises
©Reuters

Santé

Lait infantile contaminé : Macron affirme que des "sanctions" pourraient être prises

La grande distribution a été convoquée à Bercy ce jeudi soir par le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

De dysfonctionnements en dysfonctionnements… Les enseignes comme Carrefour, E.Leclerc, Auchan, Cora, Système U ou encore Casino ont reconnu avoir vendu des lots de lait enfantile contaminé de la marque Lactalis, malgré le rappel massif de ces produits, en décembre dernier. Ainsi environ 2 000 produits ont été vendus.

Des sanctions pourraient être prises

Ce jeudi 11 décembre, Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, ne décolère pas. A la mi-journée, il a annoncé que l'Etat a "alerté Lactalis de ces résultats, le 8 décembre". "Je leur ai laissé jusqu'à 22 heures pour retirer tous les lots produits par la tour de séchage (…). Faute de réponse satisfaisante, j'ai signé un arrêté [le lendemain]. L'Etat s'est substitué à une entreprise défaillante, la seule responsable".  Il a aussi annoncé que 2 500 contrôles supplémentaires des services de la répression des fraudes pour vérifier que "tous les lots suspects" de produits Lactalis ont été retirés de la vente.  

Près d'une centaine d'établissements sont dans le viseur. Bruno Le Maire a également précisé que "91 établissements ont été identifiés qui détenaient des boîtes de lait infantile qui auraient dû être retirées de la circulation : 30 grandes surfaces, 44 pharmacies, deux crèches, 12 hôpitaux et trois grossistes". En outre Bruno Le Maire a indiqué qu'il a convoqué "à 18h30 les acteurs de la grande distribution pour faire un point sur la situation et les rappeler à leurs obligations." In fine, il a déclaré que des procès-verbaux seront transmis à la justice.

De son côté, Emmanuel Macron a assuré que "des sanctions" seraient "prises" dans l'affaire du lait infantile Lactalis contaminé s'il s'avérait que "des pratiques inacceptables" avaient été commises. 

Lu sur franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !