Laïcité à l'école : la CEDH déboute une famille musulmane qui demandait que les fillettes soient exemptées de cours de natation mixtes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Laïcité à l'école : la CEDH déboute une famille musulmane qui demandait que les fillettes soient exemptées de cours de natation mixtes
©Reuters

Décision de justice

Laïcité à l'école : la CEDH déboute une famille musulmane qui demandait que les fillettes soient exemptées de cours de natation mixtes

La justice européenne estime que les pouvoirs publics doivent assurer la "protection des élèves étrangers contre tout phénomène d'exclusion sociale".

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a jugé ce mardi que les parents musulmans n'étaient pas en droit de demander que leurs filles soient exemptées de cours de natation mixtes à l'école pour des raisons religieuses. La CEDH avait été saisie par une famille musulmane habitant à Bâle (nord-ouest de la Suisse) et possédant la double nationalité turque et suisse.

Si la CEDH concède que la fermeté des pouvoirs publics pour contraindre les filles à prendre part aux cours de natation est une "ingérence dans la liberté de religion" des familles, elle estime que cette décision se justifie au nom de "l'intérêt des enfants à une scolarisation complète, permettant une intégration sociale réussie selon les mœurs et coutumes locales", ce qui "prime" sur le souhait des parents.

Ce couple turco-suisse avait écopé d'une amende d'environ 1 300 euros pour ne pas avoir autorisé ses deux filles alors âgées de 7 et 9 ans à se rendre au cours de natation de leur école. La justice européenne estime également que les pouvoirs publics suisses doivent assurer la "protection des élèves étrangers contre tout phénomène d'exclusion sociale". 

"L'intérêt de l'enseignement de la natation ne se limite pas à apprendre à nager, mais réside surtout dans le fait de pratiquer cette activité en commun avec tous les autres élèves, en dehors de toute exception tirée de l'origine des enfants ou des convictions religieuses ou philosophiques de leurs parents", juge la CEDH. 

>>>> À lire aussi : Première journée de la laïcité à l’école : le piège des impasses intellectuelles françaises

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !