Lactalis : la ministre de la Santé parle d'une situation "incompréhensible" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Lactalis : la ministre de la Santé parle d'une situation "incompréhensible"
©PASCAL LACHENAUD / AFP

Suite

Lactalis : la ministre de la Santé parle d'une situation "incompréhensible"

Sur Europe 1, Agnès Buzyn a également indiqué qu’une enquête avait été ouverte.

L’affaire Lactalis continue de secouer l’opinion publique et la classe politique française. Face à la polémique qui enfle après la contamination à la salmonelle de boîtes de lait infantile et le rappel chaotique des produits incriminés, le gouvernement a durci le ton dès jeudi, notamment par l’intermédiaire de Bruno Le Maire et d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé. Cette dernière était l’invitée d’Europe 1 ce vendredi et a évoqué une situation "incompréhensible".

"On est en train de faire une enquête concernant les hôpitaux incriminés", a-t-elle précisé. "Les raisons sont assez variées. Visiblement, les circuits d'achat dans certains hôpitaux peuvent se faire par la cantine ou la pharmacie, on est en train de faire un retour d'expérience parce que c'est incompréhensible, vu le nombre d'alerte reçu par les établissements de santé et le nombre d'alertes reçues par les pharmacies, à partir du Conseil national de l'ordre des pharmaciens. C'est incompréhensible, et c'est totalement de la responsabilité, soit de ces établissement, soit des pharmaciens".

La ministre a estimé qu’il y aura des suites pour préciser les responsabilités. "Les alertes sont plus que claires, chaque lot est détaillé. Quand on est un professionnel de la santé, on ne peut pas se tromper sur la nature du risque", a-t-elle jugé. "Je crois qu'il y aura des suites. Une enquête est ouverte, nous verrons les responsabilités de chacun".

Dans un entretien au Parisien, elle déclare également : "C'est déjà très bien d'avoir présenté ses excuses. Je ne suis pas sûre que cela soit suffisant".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !