La SNCF perd officiellement l’exploitation d’une ligne TER en PACA, une première en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Une photo d'un train TER à la gare Saint-Charles de Marseille, le 3 avril 2018.
Une photo d'un train TER à la gare Saint-Charles de Marseille, le 3 avril 2018.
©BERTRAND LANGLOIS / AFP

Transdev

La SNCF perd officiellement l’exploitation d’une ligne TER en PACA, une première en France

La ligne TER Marseille-Toulon-Nice a été a été attribuée au groupe privé Transdev. La région PACA assure que "le trafic sera doublé", passant de sept allers-retours quotidiens à 14, pour "un coût équivalent".

Les élus de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur ont entériné ce jeudi l’attribution de l’exploitation de la ligne ferroviaire Marseille-Nice au groupe privé Transdev à partir de 2025, selon des informations du Parisien. Cette décision met fin, pour la première fois en France, au monopole de la SNCF. 
Les élus de la région ont adopté à la majorité absolue la délibération proposée par l’exécutif régional visant à attribuer à Transdev la ligne TER Marseille-Toulon-Nice.
"C’est une étape historique et une première en France", s’est félicité le président de la région, Renaud Muselier (LR).
Cette mise en concurrence va apporter une amélioration des services pour les usagers avec un taux de ponctualité à "92% en 2025" ainsi qu’un taux d’annulation de 2%. 
Selon la région, "le trafic sera doublé", passant de sept allers-retours quotidiens à quatorze, pour "un coût équivalent". Le contrat de concession de dix ans est estimé à 870 millions d’euros.
En attribuant cette ligne TER, qui représente 10% du trafic régional en nombre de trains proposés, au groupe privé Transdev (filiale à 66% de la Caisse des dépôts), la région PACA est la première de France à mettre fin au monopole de la SNCF.
Le droit européen impose à partir de décembre 2023 une mise en concurrence du trafic ferroviaire pour toutes les régions.
Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !