La radio-télévision internationale allemande a porté plainte contre un ministre turc | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La radio-télévision internationale allemande a porté plainte contre un ministre turc
©

Liberté de la presse

La radio-télévision internationale allemande a porté plainte contre un ministre turc

Deutsche Welle l'accuse de censure.

La radio-télévision internationale allemande Deutsche Welle a annoncé ce lundi 26 septembre avoir déposé une plainte devant un tribunal civil d'Ankara après s'être vu confisquer un entretien réalisé avec un ministre turc, dénonçant une "nouvelle violation de la liberté de la presse".

Le 5 septembre, une équipe de télévision de la Deutsche Welle avait interviewé à Ankara le ministre de la Jeunesse et des Sports, Akif Cagatay Kilic, au sujet de divers thèmes "préalablement communiqués au ministère", dont le putsch raté de juillet, la répression qui s'en est suivie, la liberté de la presse et les droits des femmes, selon la chaîne. Cependant, à la fin de cet entretien, des employés du ministère avaient confisqué l'interview, suscitant l'énervement du média qui avait lancé sans succès deux ultimatums au ministère pour récupérer son enregistrement. 

"Harcèlement de la part des autorités turques"

"Ces agissements n'ont plus rien à voir avec l'État de droit et la démocratie", a affirmé le directeur général de la radio-télévision, Peter Limbourg, cité dans un communiqué. "Ce que nous subissons ici relève du harcèlement de la part des autorités turques", avait-il également dénoncé au moment du déclenchement de l'affaire. 

"L'interview n'a pas été autorisée. Les questions qui ont été posées ne sont pas celles qui avaient été soumises à l'avance", avait estimé le ministère turc dans un communiqué cité par la chaîne le 6 septembre.

 

 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !