La Nasa confirme la destruction rapide d'une partie de l'Antarctique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
La Nasa confirme la destruction rapide d'une partie de l'Antarctique
©Reuters

Mauvaise nouvelle

La Nasa confirme la destruction rapide d'une partie de l'Antarctique

La barrière de Larsen, un glacier vieux de 150 000 ans, fond à vue d'œil en raison du réchauffement climatique.

Les images d'un satellite de la Nasa avaient laissé les scientifiques à la fois stupéfaits et inquiets. En 2002, la Larsen B s'était désintégré en l'espace de 6 semaines. La Larsen B est l'un des trois segments qui constituent la barrière Larsen, très proche des côtes argentines. Cette barrière de glace, vieille d'au moins 150 000 ans, protège les grands glaciers de l'Antarctique et la destruction du segment B a été une véritable catastrophe, d'autant plus que le segment A avait succombé le premier en 1995 et que le segment C pourrait bientôt suivre le mouvement.



Selon une nouvelle étude de la Nasa, les restes du segment B devraient totalement fondre dans l'océan d'ici 5 ans. Cela signifie la disparition de 3000 km² de glace. "Cela montre ce qu'il va arriver aux énormes glaciers plus au sud, une fois que leur barrière auront disparues" prophétise Eric Rignot, co-auteur de l'étude, interrogé par Slate.com. Surtout, cela pourrait montrer que l'Antarctique disparait bien plus rapidement que prévu.

La Larsen C, de la taille de l'Ecosse, est la prochaine sur la liste. Et sa disparition risque d'entrainer une augmentation significative du niveau de la mer, surtout si sa fonte est aussi rapide que les autres segments. "Ce n'est qu'une question de temps" assure Eric Rignot. "3,10 ou 20 ans. C'est difficile à dire."  

Lu sur Slate

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !