La justice accepte la première demande de remise en liberté de Patrick Balkany | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
La justice accepte la première demande de remise en liberté de Patrick Balkany
©STRINGER / AFP

Bientôt libre ?

La justice accepte la première demande de remise en liberté de Patrick Balkany

La remise en liberté de Patrick Balkany s'applique pour sa condamnation à quatre ans de prison pour fraude fiscale. Il reste néanmoins en prison dans l'attente d'une seconde décision.

Patrick Balkany vient de remporter une première victoire. La justice vient d'accepter la première des deux demandes de remise en liberté de Patrick Balkany. 

La demande en question avait été déposée dans le courant du mois de septembre. L'ancien maire de Levallois-Perret reste néanmoins en détention pour blanchiment en attente de la seconde décision. 

Patrick Balkany est incarcéré depuis six semaines après sa double condamnation. Le maire de Levallois-Perret avait fait appel et avait déposé deux demandes de remise en liberté pour ses condamnations. Patrick Balkany a été condamné pour fraude fiscale, le 13 septembre, à quatre ans de prison avec mandat de dépôt. Il a aussi été condamné pour blanchiment aggravé, le 18 octobre, à cinq ans de prison et à un nouveau mandat de dépôt.

Pour qu'il puisse quitter la prison de la Santé avant ses procès en appel, les juges vont devoir accepter l'autre demande de mise en liberté. Elle avait été déposée à la mi-octobre, après sa seconde condamnation à cinq ans de prison. Patrick Balkany attend donc l’examen de sa deuxième demande de libération.

Avec cette première décision du lundi 28 octobre, Patrick Balkany voit donc grandir ses chances de sortir de prison en attendant son nouveau procès en appel. 

L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !