La Cour européenne des Droits de l’homme a été victime d'une « cyberattaque de grande ampleur » après un arrêt condamnant la Turquie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Cour européenne des droits de l'homme CEDH
Cour européenne des droits de l'homme CEDH
©FREDERICK FLORIN / AFP

Piratage

La Cour européenne des Droits de l’homme a été victime d'une « cyberattaque de grande ampleur » après un arrêt condamnant la Turquie

Le site Internet de la Cour européenne des droits de l'homme a été la cible d'une « cyberattaque de grande ampleur qui l'a rendu temporairement inaccessible » juste après la publication mardi d'un arrêt condamnant la Turquie pour la détention d'un opposant pro-kurde.

Le site Internet de la Cour européenne des droits de l'homme a été visé par une cyberattaque. « A ce stade, aucune perte de données » n'a été constatée, selon les précisions du service de presse de la Cour. La cyberattaque, dont l'origine n'est pas encore été formellement identifiée et qui a duré plusieurs heures, a été constatée « à la suite du prononcé de l'arrêt » rendu public mardi à 15h00 concernant la détention depuis novembre 2016 dans les prisons turques du leader pro-kurde Selahattin Demirtas, selon le communiqué de la CEDH. 

Cette « cyberattaque de grande ampleur [...] a rendu temporairement inaccessible » le site de la Cour.

Selon le service de presse de la Cour, l'attaque a duré jusqu'à mercredi matin. Le site, qui était inaccessible depuis mardi après-midi, était de nouveau consultable en milieu de matinée. 

La CEDH a rendu mardi après-midi un arrêt dans l'affaire de l'opposant au président turc Recep Tayyip Erdogan. La Cour a relevé plusieurs violations de la Convention européenne des droits de l'homme. La CEDH a également exigé la libération « immédiate » de Selahattin Demirtas.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !