Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Crise économique

La chaîne de restaurants Flunch demande à être placée sous procédure de sauvegarde

Alors que les restaurants sont fermés suite aux restrictions sanitaires, certains groupes sont fortement impactés par la crise et les fermetures. Flunch est notamment concerné. Un « maximum de 1.300 postes » sont menacés.

L'enseigne de restauration française Flunch, du groupe Mulliez, compte 227 restaurants. Flunch a officiellement demandé à être placée sous procédure de sauvegarde « pour faire face aux difficultés majeures liées à la crise sanitaire ». L’enseigne cherche à céder une soixantaine d'établissements.

Sur près de 5.000 collaborateurs, « un maximum de 1.300 postes devraient être concernés » par le projet de « redimensionnement » du parc de restaurants de l'enseigne. L’entreprise a dévoilé ces annonces via un communiqué.

« L'idée est de proposer un projet pour redresser l'entreprise », qui va se recentrer sur ses établissements les mieux placés et les moins déficitaires suite à la pandémie de Covid-19, afin de redémarrer en position financière plus favorable, lorsque les restaurants pourront rouvrir.

L'enseigne a vu son chiffre d'affaires plonger de près de 212 millions d'euros (-57%) l'an dernier, pour les 161 restaurants détenus en propre en France. Sur les 227 restaurants Flunch que compte l'enseigne, 66 sont des franchisés, et ne sont pas concernés par ce projet

Vendredi aura lieu une audience au tribunal de commerce de Lille, qui examinera l'ouverture de cette une procédure de sauvegarde.

Créée en 1971, l'enseigne Flunch revendique être « la première chaîne française de restauration en libre-service » et servait avant la pandémie près de 55 millions de clients chaque année.

BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !