La cellule responsable des attentats du 13 novembre préparait une attaque à la voiture piégée pendant l'Euro 2016 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Mohamed Abrini.
Mohamed Abrini.
©

Modus operandi

La cellule responsable des attentats du 13 novembre préparait une attaque à la voiture piégée pendant l'Euro 2016

L'arrestation de Salah Abdeslam a chamboulé les plans des terroristes, les poussant à commettre les attentats de Bruxelles le 22 mars.

Mohamed Abrini, un des membres de la cellule terroriste responsable des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, a déclaré aux enquêteurs qu'un attentat à la voiture piégée était en préparation, d'après un compte-rendu d'audience dont France Inter a publié des extraits dimanche.

"J'avais entendu que c'était le projet. Une voiture ou un camion bourré d'explosifs. Comme les centaines de vidéos vues là-bas, les gens qui prennent un camion...", a raconté Mohamed Abrini dit au juge en charge de l'affaire, dans une audition du 26 août 2016. Cette attaque devait avoir lieu pendant l'Euro de football.

L'arrestation de Salah Abdeslam, lors d'une opération policière menée à Molenbeek-Saint-Jean le 18 mars 2016, après une cavale de 125 jours, a chamboulé leurs plans et précipité une nouvelle attaque : quatre jours plus tard, deux kamikazes  déposent une bombe à l'aéroport de Bruxelles, faisant 32 morts. Mohamed Abrini, mis en examen dans le cadre des attentats de Paris, est également soupçonné d'avoir accompagné les deux terroristes à l'aéroport. Il assure néanmoins qu'il était contre les attentats, et Salah Abdeslam aussi, mais qu'ils étaient liés aux autres membres de la cellule terroriste. "On nous disait qu'il valait mieux qu'on travaille avec eux et qu'on aille jusqu'à la fin, qu'il ne fallait pas nous rendre".

Lu sur France Inter

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !