L’Ouragan Isaac se rapproche de la Nouvelle Orléans : la peur d’un nouveau Katrina | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L’Ouragan Isaac se rapproche de la Nouvelle Orléans : la peur d’un nouveau Katrina
©

Météo

L’Ouragan Isaac se rapproche de la Nouvelle Orléans : la peur d’un nouveau Katrina

Isaac a atteint les côtes de la Louisiane dans la nuit.

La Louisiane tremble à la vue d’Isaac… La tempête tropicale, qui s’est transformée en ouragan de catégorie 1, rappelle en effet de mauvais souvenir à cet état américain, traumatisé par le passage de l’ouragan Katrina il y a seulement sept ans jour pour jour, qui était lui classé en catégorie 3. Or Isaac a touché les côtes américaines à l’extrême sud-est de la Louisiane dans la nuit de mardi à mercredi, selon les météorologues du Centre de surveillance des ouragans américain (NHC), qui ont expliqué mardi soir que « des vents forts et une dangereuse montée des eaux le long de la côte du nord du golfe » du Mexique sont attendus.

L’ouragan, avec ses vents qui atteignent près de 130 km/h, se dirige à présent droit vers la Nouvelle-Orléans à une vitesse de 13 km/h.

Depuis que l’état d’urgence a été décrété lundi par le président américain Barack Obama, la population se prépare au pire. Les entreprises et les écoles ont notamment été fermées, et il a été demandé aux habitants qui se trouvent dans une zone de terre basse de quitter la zone menacée. Il n’y a toutefois eu aucune évacuation obligatoire seulement imposée lors d’un ouragan de catégorie 3 comme Katrina par exemple qui avait ravagé la ville et tué 1 800 personnes. 4 100 militaires ont par ailleurs été placés en service actif, prêts pour des opérations de secours.

Barack Obama a également décrété mardi l’état d’urgence dans le Mississippi. Cela permet notamment la mobilisation des ressources de l’Etat fédéral pour venir en aide aux populations locales.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !