L'Etat islamique revendique l'assassinat de quatre engagés volontaires antidjihadistes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ces exécutions auraient eu lieu dans la province de Salaheddine au Nord de l'Irak
Ces exécutions auraient eu lieu dans la province de Salaheddine au Nord de l'Irak
©Reuters

Horreur

L'Etat islamique revendique l'assassinat de quatre engagés volontaires antidjihadistes

Dans une nouvelle vidéo de propagande diffusée ce mardi sur internet, des soldats de l'Etat islamique exécutent quatre hommes engagés volontaires dans la guerre contre le groupe djihadiste.

Depuis quelques mois, les médias occidentaux évoquent le départ de citoyens américains, britanniques ou français pour combattre les djihadistes en Syrie et en Irak. Nombre d'entre eux expliquent vouloir constituer des milices de défense pour les chrétiens d'Orient.

Mais la guerre de communication demeure l'apanage des djihadistes. En réponse à ces initiatives, l'Etat islamique a annoncé la décapitation de quatre engagés volontaires. Une nouvelle vidéo de propagande montre des bourreaux du groupe exécutant leurs prisonniers à l'aide de couteaux selon un mode opératoire classique.

Ces exécutions auraient eu lieu dans la province de Salaheddine au Nord de l'Irak où se déroule en ce moment la décisive bataille de Tikrit qui oppose depuis le 2 mars les djihadistes de l'Etat islamique à l'armée et la police irakienne appuyées par des forces paramilitaires, notamment des milices chiites. 30 000 hommes ont été mobilisés pour chasser les quelques centaines de djihadistes qui tiennent la ville.

Ces nouvelles exactions s'inscrivent  donc dans la mortifère stratégie de communication de Daesh. Le lieu exact de la tuerie n'a pas pu être identifié et l'authenticité des images n'a pas pu être avérée de sources indépendantes.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !