L'enquête qui établit comment François Hollande est intervenu dans les affaires judiciaires pour affaiblir Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
L'enquête qui établit comment François Hollande est intervenu dans les affaires judiciaires pour affaiblir Nicolas Sarkozy
©Reuters

Les coulisses du pouvoir

L'enquête qui établit comment François Hollande est intervenu dans les affaires judiciaires pour affaiblir Nicolas Sarkozy

Dans un documentaire de Canal Plus, Bernard Muenkel, l'ancien chef de la cybersécurité de l'Élysée, révèle comment le colonel Bio-Farina, chargé de la sécurité du Palais, lui a un jour demandé de fouiller (illégalement) dans les archives informatiques du cabinet de Nicolas Sarkozy.

"Hollande - Sarkozy, la guerre secrète". C'est ainsi que les journalistes Jules Giraudat et Éric Mandonnet ont intitulé leur numéro de Spécial Investigation (diffusé sur Canal + le 26 octobre) sur les coulisses de la guerre qui anime François Hollande, l'actuel président et Nicolas Sarkozy, celui qui voudrait le redevenir. "Depuis 2012, ils n'ont jamais cessé de penser à la revanche", révèle le documentaire. 

Au coeur du sujet, les affaires Cahuzac, Tapie et Julie Gayet. En décembre 2012, le site Mediapart accuse Jérôme Cahuzac, alors ministre délégué chargé du Budget, de posséder des fonds non-déclarés en Suisse et à Singapour. Après avoir clamé son innocence devant l'Assemblée nationale, Jérôme Cahuzac se fait finalement évincer du gouvernement en 2013 et finit par reconnaître les faits. Face à la tornade médiatique, le PS décide de faire divertion en facilitant le travail des juges qui enquêtent sur l'affaire Tapie. 

Dans le documentaire, Bernard Muenkel, l'ancien chef de la cybersécurité de l'Élysée, révèle comment le colonel Bio-Farina, chargé de la sécurité du Palais, lui a un jour demandé de fouiller (illégalement) dans les archives informatiques du cabinet de Nicolas Sarkozy en lui remettant une liste de noms parmi lesquels une dizaine étaient surlignés : Bernard Tapie, Christine Lagarde ou encore, Claude Guéant. Il raconte également, qu'après avoir refusé de s'éxecuter, le colonnel a lui même pris l'initiative de consulter (illégalement toujours) le "fichier des loges" qui recense les arrivées et les sorties à l'Elysée. C'est de cette façon qu'il a découvert que Bernard Tapis avait rencontré l'ancien chef de l'Etat à 12 reprises, raconte le documentaire, qui affirme que les investigations de la justice ont repris à ce moment, portées par un nouveau vent médiatique. 

Selon les journalistes, Nicolas Sarkozy avait connaissance de ces manoeuvres et aurait gardé contact avec certaines personnes de l'Elysée, devenues depuis ses espions. Jules Giraudat et Éric Mandonnet ont également révélé une autre information pour le moins troublante, impliquant la potentielle responsabilité de Nicolas Sarkozy dans la révélation de la relation secrète de son rival et Julie Gayet. Selon eux, Sebastien Valente, paparazzi et photographe officiel du président des Républicains, aurait fait l'intermédiaire avec le magazine people Voici, lorsque le président et l'actrice avaient été photographiés par un photographe peu connu. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !