L’éditorialiste Gabrielle Cluzel a été menacée de mort dans un supermarché devant ses enfants | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Gabrielle Cluzel a été insultée et menacée de mort alors qu'elle faisait ses courses à Versailles en compagnie de trois de ses enfants.
Gabrielle Cluzel a été insultée et menacée de mort alors qu'elle faisait ses courses à Versailles en compagnie de trois de ses enfants.
©Capture d'écran CNews / Youtube / DR

Menaces

L’éditorialiste Gabrielle Cluzel a été menacée de mort dans un supermarché devant ses enfants

Gabrielle Cluzel, la directrice de la rédaction de Boulevard Voltaire, a été insultée et menacée de mort alors qu'elle faisait ses courses à Versailles en compagnie de trois de ses enfants, selon des informations de Valeurs Actuelles. Elle a porté plainte. L'auteur présumé a pu être identifié par la police.

Gabrielle Cluzel, a déposé plainte après avoir été insultée et menacée de mort devant ses trois enfants alors qu’elle faisait ses courses dans un supermarché de Versailles le 10 juillet dernier, selon des informations de Valeurs Actuelles.

La directrice de la rédaction de Boulevard Voltaire, présente régulièrement sur les plateaux de CNews lors des débats, a été reconnue par l’auteur présumé des menaces. 

D’après les révélations de Valeurs Actuelles, « arrivée à la caisse », Gabrielle Cluzel a constaté l’arrivée de trois ou quatre personnes. L’un d’entre eux la reconnaît :

« C’est la meuf d’Itélé [ancien nom de la chaîne CNews, ndlr]. C’est une facho ! », aurait dit l’individu.

Puis il s’est adressé à un employé du magasin : 

« Il y a des fachos dans ton magasin ! ».

Il a alors insulté et menacé de mort Gabrielle Cluzel : 

« Fils de pute, nique ta mère, on va tous vous brûler et vous tuer ».

L’agresseur présumé a pu être identifié.

Valeurs Actuelles

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !