Justice : Eric Drouet condamné à 500 euros d'amende avec sursis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Justice : Eric Drouet condamné à 500 euros d'amende avec sursis
©Aurore MESENGE / AFP

Gilets jaunes

Justice : Eric Drouet condamné à 500 euros d'amende avec sursis

Eric Drouet a été condamné mercredi 4 septembre à Paris à 500 euros d'amende avec sursis pour avoir participé à une manifestation non déclarée avec un bâton dans son sac.

L'une des principales figures des Gilets jaunes, Eric Drouet, était poursuivi pour avoir participé à l'acte 6 du mouvement avec un bâton dans son sac, qualifié de "matraque" par l'accusation. Éric Drouet a été condamné ce mercredi à Paris à 500 euros d'amende avec sursis.

Il a en revanche été relaxé des poursuites pour "participation à un groupement formé en vue de violences".

Le chauffeur routier de Seine-et-Marne était poursuivi pour avoir participé à une manifestation non déclarée avec un bâton dans son sac le 22 décembre dernier, un simple "bout de bois" selon lui. Éric Drouet avait été interpellé dans une rue du quartier parisien de la Madeleine. 

Le tribunal correctionnel de Paris l'a donc relaxé concernant les poursuites pour "participation à un groupement formé en vue de violences ou de dégradations".

Selon une copie de travail de la décision, dont l'AFP a pu prendre connaissance, les juges ont considéré que "c'est l'interpellation d'Éric Drouet qui a provoqué une réaction en chaîne, créant alors un climat de violence". 

Le 5 juin, le parquet avait requis quatre mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende en précisant qu'Éric Drouet était "dans une logique de violence". 

Son avocat, Khéops Lara, a annoncé son intention de faire appel de la condamnation pour la "matraque". 

Éric Drouet avait été condamné le 29 mars à Paris à 2.000 euros d'amende, dont 500 avec sursis. Contestant être un "organisateur" du mouvement, il avait fait appel.

Le Dauphiné

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !