Journalistes tués au Mali : cinq suspects arrêtés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Journalistes tués au Mali : cinq suspects arrêtés
©

Enquête

Journalistes tués au Mali : cinq suspects arrêtés

La France cherche notamment à savoir si l'assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon a un lien avec la libération des otages d'Arlit.

Selon une source locale de la gendarmerie malienne citée par Europe 1, cinq suspects de l'assassinat des deux envoyés spéciaux de RFI à Kidal (Mali) auraient été arrêtés dimanche soir, vers 22h. Ces cinq suspects devraient être transférés à Gao et seraient en ce moment entre les mains des forces françaises.

Cette arrestation devrait permettre d'éclaircir de nombreuses zones d'ombres suscitées par la mort de Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Survenue quelques jours après la libération des otages d'Arlit, la France s'interroge actuellement sur un éventuel lien entre les deux événements. Selon un officiel malien cité par Le Figaro, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, avaient peut-être découvert des informations gênantes concernant le marché - et ses bénéficiaires - qui a permis la libération des otages. Les deux journalistes auraient donc pu être tués afin qu'ils ne révèlent pas ce qu'ils venaient d'apprendre.

L'hypothèse d'un assassinat commis par des mécontents se sentant lésés par l'accord passé par la France a également été avancé. Les versements de rançon passent en effet par des intermédiaires, payés au passage, et certaines personnes n'ont peut-être pas été satisfaites de ce qu'elles ont touché - ou non, justement.

Enlevés, selon Laurent Fabius, par un "petit commando", les deux journalistes ont-ils été enlevés pour être tués ou leur enlèvement a-t-il mal tourné ? Il s'agit là de l'autre grande interrogation que pose l'assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Les corps des deux journalistes n'ont en effet été retrouvés que deux heures après le rapt, à 12 km de Kidal. Un délai relativement court qui laisse penser que la capture s'est mal passée ou que la mort de ces deux personnes était prévue. "Il n'y a pas de certitudes pour l'instant, mais il semble que l'on ait affaire à des exécutions planifiées", avançait une source française citée par Le Figaro.

Une thèse qui correspondrait aux explications données par le ministre des Affaires étrangères. Laurent Fabius expliquait que Dupont et Verlon "ont été assassinés froidement. L'un a reçu deux balles, l'autre trois balles". Et Marie-Christine Saragosse, PDG de France Médias Monde d'ajouter : "Ni Ghislaine ni Claude n'étaient des têtes brûlées, ils n'ont pris aucun risque inconsidéré".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !