Joe Biden accuse Vladimir Poutine d'être « un tueur » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Lors d'un entretien à la télévision américaine, le président américain Joe Biden a estimé que Vladimir Poutine est "un tueur" et "qu'il va payer".
Lors d'un entretien à la télévision américaine, le président américain Joe Biden a estimé que Vladimir Poutine est "un tueur" et "qu'il va payer".
©Eric BARADAT, Alexey NIKOLSKY / AFP / Sputnik

Climat de Guerre froide ?

Joe Biden accuse Vladimir Poutine d'être « un tueur »

A l’occasion d'un entretien accordé par Joe Biden à la chaîne ABC diffusé mercredi, le président américain a affirmé que Vladimir Poutine « allait bientôt payer le prix » pour ses actes.

Dans un entretien diffusé ce mercredi 17 mars, Joe Biden a dit penser que le président russe Vladimir Poutine était « un tueur », et a promis qu'il en paierait « le prix ». Ces déclarations ont provoqué l'indignation de Moscou.

La question de George Stephanopoulos, journaliste de la chaîne américaine ABC, sur Vladimir Poutine était directe, tout comme la réponse du président des Etats-Unis, Joe Biden :

George Stephanopoulos : « Pensez-vous que c’est un tueur ? »

Joe Biden : « Oui. Vous verrez bientôt le prix qu’il va payer ».

Cet entretien et ces déclarations interviennent alors qu’Alexeï Navalny a été incarcéré à son retour en Russie après cinq mois de convalescence en Allemagne, après des soupçons d’une tentative d’empoisonnement.

Le président de la chambre basse du Parlement russe et proche de Vladimir Poutine a dénoncé « de l'hystérie due à de l'impuissance ».

Malgré ces déclarations, Joe Biden a néanmoins réaffirmé qu'il voulait pouvoir « travailler » avec les Russes « quand c'est dans notre intérêt commun ».

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !