Jérôme Cahuzac aurait utilisé les comptes de sa mère pour dissimuler des revenus | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jérôme Cahuzac
Jérôme Cahuzac
©Reuters

Soupçons

Jérôme Cahuzac aurait utilisé les comptes de sa mère pour dissimuler des revenus

Selon l'AFP, le parquet national financier (PNF) estime que 210 000 euros ont été transférés sur des comptes appartenant à la mère de Jérôme Cahuzac entre 2003 et 2010.

D'après une source judiciaire citée par l'AFP, l'ancien ministre du budget, Jérôme Cahuzac, serait soupçonné d'avoir dissimulé certains de ses revenus à l'administration fiscale en les transférant sur les comptes bancaires de sa mère. L'ancien ministre était déjà poursuivi pour l'existence d'un compte caché et Suisse puis à Singapour.

Les premiers soupçons contre Jérôme Cahuzac avaient été déclenchés après un signalement de Tracfin, la cellule antiblanchiment de Bercy, à propos de nombreux chèques enregistrés sur des comptes de la mère de l'ancien ministre entre 2003 et 2010.

D'après Bercy, ces chèques pouvaient correspondre aux bénéfices du cabinet d'implants capillaires de Jérôme et Patricia Cahuzac. Une autre source citée par l'AFP assure que l'ancien ministre n'a pas contesté ces faits, mais que la mère de Jérôme Cahuzac affirme ignorer l'existence de ces mouvements sur ses comptes bancaires. 

Selon l'AFP, le parquet national financier (PNF), estime que 210 000 euros ont ainsi été transférés sur des comptes appartenant à la mère de Jérôme Cahuzac entre 2003 et 2010, et ce à l'insu de la principale intéressée.

Après plusieurs semaines de tourmente médiatique, Jérôme Cahuzac avait finalement reconnu en avril 2013 l'ouverture d'un compte en Suisse à la banque UBS en 1992. La somme de 600 000 euros versée sur ce compte avait été transférée sur un autre compte à Singapour avant de finalement revenir en France quand l'affaire a été rendue publique. 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !