Irak : Obama n'envoie pas de troupes mais étudie "d'autres options" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Irak : Obama n'envoie pas de troupes mais étudie "d'autres options"
©Reuters

Prudence

Irak : Obama n'envoie pas de troupes mais étudie "d'autres options"

Alors que certaines compagnies américaines présentes en Irak avaient envisagé de faire évacuer leurs employés, le président américain a annoncé vendredi son choix de ne pas envoyer de troupes sur le terrain.

Barack Obama a annoncé vendredi depuis la Maison Blanche sa décision de ne pas envoyer de troupes américaines en Irak, ajoutant toutefois que d'autres options seraient étudiées dans les prochains jours. En marge de cette déclaration, le président des Etats-Unis a invité les responsables irakiens à oublier un instant les querelles religieuses, ajoutant que rien ne serait entrepris sans "un plan politique des irakiens". "Nous ne renverrons pas de troupes américaines au combat en Irak mais j’ai demandé à mon équipe de conseillers de sécurité nationale de préparer un éventail d’options pour soutenir les forces de sécurité irakiennes"  a déclaré Barack Obama, ajoutant que "sans effort politique, toute action militaire sera vouée à l’échec".

Alors que les Etats-Unis avaient envisagé l'éventualité d'une intervention visant à arrêter leur progression sur le territoire irakien, les jihadistes de l'EIIL s'approchaient encore un peu plus vendredi de la région voisine de Bagdad. Désormais à moins de 100 kilomètres de la capitale irakienne, les combattants du groupe radical sunnite de l’Etat islamique en Irak et au Levant profitent des lacunes d'une armée irakienne impuissante.

Le porte-parole du ministère irakien de l'Intérieur, Saad Maana déclaré quant à lui :  "Il faut que nous soyons prêts. Il s'agit d'une situation exceptionnelle et tout relâchement permettra à l'ennemi de tenter d'attaquer Bagdad".

 
Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !