Irak : les images de militants de l'Etat islamique détruisant des pierres tombales, dont celle du prophète Jonas | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des militants de l'Etat islamique en Irak et au Levant ont détruit à coups de marteaux des pierres tombales veilles de plusieurs siècles, dans la ville de Mosul, en Irak
Des militants de l'Etat islamique en Irak et au Levant ont détruit à coups de marteaux des pierres tombales veilles de plusieurs siècles, dans la ville de Mosul, en Irak
©Capture d'écran vidéo

Profanation

Irak : les images de militants de l'Etat islamique détruisant des pierres tombales, dont celle du prophète Jonas

Par ailleurs, 53 corps non-identifiés ont été découverts par les autorités irakiennes dans une zone agricole à l'extérieur de la ville de Hilla, au sud de Bagdad, ce mercredi 9 juillet.

Dernier carnage en date de l'Etat islamique en Irak. Vêtus de cagoules et de manteaux noirs, des militants de l'Etat islamique en Irak et au Levant ont détruit à coups de marteaux des pierres tombales veilles de plusieurs siècles, dans la ville de Mosul, dans la province de Ninevah. Selon les autorités irakiennes, l'une des tombes profanées est celle du prophète Jonas (Younis en arabe), révéré par les Musulmans et les Chrétiens. Le prophète, figure centrale du Livre de Jonas dans la Bible Hébraïque, est plus connu pour avoir été avalé vivant par une baleine. Plus tôt cette semaine, une série d'images ont illustré la destruction de près d'une douzaine de tombeaux Shiites et Sunnites à Mosul, la seconde plus grande ville d'Irak et à Tal Afar, également sous contrôle de l'Etat islamique. 

 

Car pour les militants de l'Etat islamique, vénérer des tombes et des reliques est contre la tradition. Selon un porte-parole des autorités de Ninevah, les rebelles auraient également détruit le tombeau du prophète Seth (Shayth). Par ailleurs, 53 corps ont été découverts par les autorités irakiennes dans une zone agricole à l'extérieur de la ville de Hilla, au sud de Bagdad, ce mercredi 9 juillet. Une enquête est en cours pour déterminer l'identité des cadavres ainsi que les circonstances de leur décès. Selon un officier de police et un médecin local, les morts avaient tous entre 25 et 40 ans et ils auraient été tués il y a plusieurs jours avant d'être abandonnés dans cette zone.

Bien que les motifs de cette tuerie demeurent flous, celle-ci rappelle les bains de sang sectaires dont a été victime l'Irak entre 2006 et 2007. A l'époque de l'insurrection Sunnite, des milices Shiite et des groupes Sunnites massacraient sans vergogne les membres des autres cultes. Des corps étaient fréquemment retrouvés à l'abandon le long des routes et des canaux. Depuis que l'offensive des militants Sunnites s'est étendue au nord-ouest du pays ce mois derniers, les tensions sectaires et les assassinats ont repris de plus belle. 

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !