Irak : l'armée américaine a procédé a ses premières frappes aériennes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Pentagone a déclaré que des positions d'artillerie avaient touchées par des bombes lourdes de 250 kilos, larguées par des bombardiers F/A 18.
Le Pentagone a déclaré que des positions d'artillerie avaient touchées par des bombes lourdes de 250 kilos, larguées par des bombardiers F/A 18.
©Reuters

De retour

Irak : l'armée américaine a procédé a ses premières frappes aériennes

Le porte-parole du Pentagone a déclaré vendredi 8 août que deux premiers bombardements été effectués sur des positions d'artillerie de l'Etat islamique en Irak.

Concrétisant l'autorisation d'intervention formulée jeudi 7 août par Barack Obama, le Pentagone a déclaré vendredi en début d'après-midi que l'armée américaine avait procédé à des premiers bombardements sur plusieurs positions de l'Etat islamique en Irak, précisant que celles-ci avaient été touchées par des bombes lourdes de 250 kilos, larguées par des bombardiers F/A 18. 

Estimant que certains de ces points d'artillerie mettaient en péril les personnels américains dans la région du Kurdistan irakien, le Pentagone a justifié sa décision de procéder à des frappes aériennes, par la voix de son porte-parole l'amiral John Kirby : "Des avions militaires américains lancent des frappes contre l'artillerie de l'Etat islamique. L'artillerie a été utilisée contre des forces kurdes qui défendent Erbil, près de personnels américains".

Barack Obama a quant à lui affirmé que "la décision de frapper a été prise par le centre de commandement américain avec l'autorisation du commandant en chef". Plus tôt, le président américain avait évoqué la persécution subie par les chrétiens dans le nord de l'Irak en déclarant : " Nous pouvons agir, de façon responsable et prudente, pour éviter un éventuel acte de génocide" . 

 

Lu sur Les échos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !