Inondations : un coût estimé à un milliard d'euros | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Inondations : un coût estimé à un milliard d'euros
©Jacky Naegelen/Reuters

Plan de relance

Inondations : un coût estimé à un milliard d'euros

Les premières évaluations laisse entrevoir un coût supérieur au milliard d'euros, a annoncé le ministre des Finances Michel Sapin.

Il est encore trop tôt pour dresser un bilan des inondations qui ont frappé la France et en chiffrer le coût, mais les premières évaluations et la liste des dépenses à venir laisse entrevoir un coût supérieur au milliard d'euros, a déclaré le ministre des Finances Michel Sapin, ce dimanche lors du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro.

Ces crues auront "des conséquences lourdes" pour les zones touchées "mais pas pour l'économie française", a-t-il dit. 

Les sinistrés pourront être indemnisés par les assureurs une fois que l'état de catastrophe naturelle aura été reconnu. Ce devrait être fait mercredi en Conseil des ministres. 

Vendredi, Bernard Spitz, le président de l'Association française de l'assurance (AFA), avait expliqué aux Echos qu'il "est probable que le coût ne sera pas inférieur à celui des inondations qui avaient touché la France en octobre 2015 avec des dommages de l'ordre de 600 millions d'euros, même si ces deux événements climatiques sont très différents". De son côté, la Maif avance un coût proche de 2 milliards d'euros.  

Les assureurs ont rendez-vous lundi à Matignon, en présence de la secrétaire d'Etat à l'Aide aux victimes, Juliette Méadel. Les organisations patronales demandent de leur côté des mesures de soutien, comme l'étalement des échéances fiscales et sociales. Une réunion est prévue mardi à Bercy. Le secteur du tourisme a aussi été particulièrement touché. 
De plus, des "dizaines de milliers d'hectares" de terres agricoles ont été touchées selon Xavier Beulin, président de la FNSEA, interrogé par l'AFP. "Pour les terres encore submergées aujourd'hui et où il n'y aura pas de récolte derrière c'est une perte de 1.000 à 1.500 euros à l'hectare suivant la culture, entre un maïs ou des céréales", a-t-il précisé.

Lu dans L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !