Inondations : l'aval de la Seine rétrogradé en alerte orange | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Inondations : l'aval de la Seine rétrogradé en alerte orange
©Capture d'écran Youtube

Ca baisse !

Inondations : l'aval de la Seine rétrogradé en alerte orange

La Seine poursuivait sa lente décrue ce dimanche matin à Paris, tandis que les départements de l'Eure et de la Seine-Maritime repassent en vigilance orange.

Léger répit pour les départements en aval de la Seine. Les départements de l'Eure et de la Seine-Maritime sont passé ce dimanche matin en vigilance orange, après 24h en alerte rouge. "Plusieurs débordements de la Seine ont été observés cette nuit dans la boucle d'Elbeuf et à Rouen mais ils ont été limités et localisés (...), la vigilance rouge a été levée", a annoncé la préfecture de Seine-Maritime.

Le fleuve retourne en effet doucement dans son lit. A Paris, le niveau était revenu à 5,77 mètres à 8h du matin, en décroissance par rapport au pic de 6,10 mètres observé dans la nuit de vendredi à samedi. Depuis ce pic, la baisse du niveau de l'eau a été régulière, de l'ordre d'un ou deux centimètres par heure environ.

Il reste toutefois 17 départements étaient en vigilance orange inondations ce dimanche matin, selon Vigicrues: le Cher, l'Eure, l'Indre, l'Indre-et-Loire, le Loir-et-Cher, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, la Moselle, Paris, la Seine-Maritime, la Seine-et-Marne, les Yvelines, l'Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et le Val-d'Oise. 

Par ailleurs, 11.300 foyers sont toujours privés d'électricité en raison des intempéries, avec une forte baisse dans le Loiret et le Cher, mais une hausse dans le Val-de-Marne, a indiqué le gestionnaire du réseau français de distribution d'électricité Enedis (ex-ERDF).

Quant au trafic SNCF, il ne devrait revenir à la normale que la semaine prochaine, à partir de jeudi selon les déclarations de Guillaume Pépy.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !