Henri Guaino : "Les bobos, c'est vraiment ce que je déteste le plus dans l'existence" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Henri Guaino : "Les bobos, c'est vraiment ce que je déteste le plus dans l'existence"
©Reuters

Ressenti

Henri Guaino : "Les bobos, c'est vraiment ce que je déteste le plus dans l'existence"

L'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy se décrit comme un "homme totalement libre".

Après avoir été largement éliminé au premier tour dans la 2e circonscription de Paris (étiqueté divers droite, où il n'a obtenu que 4,51% des suffrages) Henri Guaino a de nouveau exprimé sa colère contre les électeurs, de manière très personnelle.

S'il avait déclaré dimanche soir que ces derniers lui donnaient envie de "vomir", Henri Guaino a toutefois tenu à clarifier brièvement son propos : "Je ne parlais pas de ceux qui ont voté pour moi", a-t-il assuré. 

>>>> À lire aussi : Droite ou gauche, qui est la famille politique la plus démunie sur le plan des idées face au raz de marée République En marche ?

Interrogé ce lundi sur ces propos par un journaliste de LCI, Henri Guaino a poursuivi : "Oui, on a perdu l'habitude de ne plus dire la vérité (…) L'homme politique est jugé, il est insulté, mais il ne peut jamais dire ce qu'il pense de ceux qui votent", a-t-il dit. 

L'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy se décrit comme un "homme totalement libre" : "J'ai assez donné à la politique et donc je dis ce que je pense."

"D'abord, il y a ces bobos narcissiques qui vivent entre eux dans l'égoïsme le plus total. C'est vraiment ce que je déteste le plus dans l'existence. Ils n'ont jamais voté pour moi, ils ont raison de voter pour qui ils votent, mais je peux pas dire que je l'estime beaucoup", a-t-il ajouté, en référence à Nathalie Kosciusko-Morizet. 

Lu sur LCI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !