Haïti : le président Jovenel Moïse a été assassiné par un commando | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une photo d'archive, prise le 22 octobre 2019, du président Jovenel Moise, assis au palais présidentiel lors d'un entretien avec l'AFP à Port-au-Prince, le 22 octobre 2019.
Une photo d'archive, prise le 22 octobre 2019, du président Jovenel Moise, assis au palais présidentiel lors d'un entretien avec l'AFP à Port-au-Prince, le 22 octobre 2019.
©Valerie Baeriswyl / AFP

Dirigeant ciblé

Haïti : le président Jovenel Moïse a été assassiné par un commando

Le président haïtien, Jovenel Moïse, a été assassiné par un commando dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 juillet dans sa résidence privée. Le Premier ministre, Ariel Henry, a appelé, dans un communiqué, « la population au calme » et a assuré que « la situation sécuritaire du pays » était « sous contrôle ».

Le président Jovenel Moïse a été assassiné en Haïti par un commando dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 juillet dans sa résidence privée, selon des informations de France Info. Le Premier ministre, Ariel Henry, a publié un communiqué suite à cette attaque :

« Vers une heure du matin, un groupe d'individus non identifiés, dont certains parlaient en espagnol, ont attaqué la résidence privée du président de la République et ainsi blessé mortellement le chef de l'Etat ».

Le chef du gouvernement haïtien a condamné « cet acte odieux, inhumain et barbare » et a appelé « la population au calme ».

Ariel Henry a par ailleurs assuré que « la situation sécuritaire du pays » était « sous contrôle ».

L'épouse de Jovenel Moïse a également été blessée dans l'attaque et est hospitalisée, selon le Premier ministre d'Haïti.

Jovenel Moïse avait été élu président en 2016. Il avait pris ses fonctions le 7 février 2017. Haïti est gangrené par l'insécurité et notamment les enlèvements menés par des gangs.

Jovenel Moïse était confronté à la défiance d'une bonne partie de la société civile face à l’inaction sur ces dossiers sécuritaires.

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !