Guyane : un commissaire de police sérieusement blessé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Guyane : un commissaire de police sérieusement blessé
©Reuters

Violences

Guyane : un commissaire de police sérieusement blessé

Un commissaire a été « sérieusement blessé », vendredi soir, et du gaz lacrymogène a été utilisé contre les manifestants.

Le mouvement de protestation qui secoue la Guyane depuis deux semaines a franchi un cap dans la violence, ce vendredi. La foule manifestait devant la préfecture lorsqu'un policier a été sérieusement blessé par des manifestants. 

"On comprends vos préoccupations. On comprend vos revendications. Mais ce soir, ça part en live. Le commissaire est sérieusement blessé", a déclaré un policier au mégaphone depuis la porte d'entrée de la préfecture, barricadée. "Vous revendiquez la non-violence, soyez à la hauteur de vos revendications", a-t-il lancé. 

L'homme, touché à la clavicule, est resté "inconscient au sol pendant une dizaine de minutes" et ses collègues ont été "obligés d’utiliser du gaz lacrymogène pour l’extraire" afin qu'il puisse être évacué par les secours, a déploré Laurent Lenoble, directeur de cabinet du préfet de Guyane, à l’Agence France-Presse (AFP). Il précise que d’autres officiers ont été "légèrement blessés" après avoir été rués de coups.

Le collectif Pou La Gwiyann dékolé (Pour que la Guyane décolle) a "pris un tournant" qui est "loin de respecter les valeurs républicaines" et il s'est "discrédité", a regretté Laurent Lenoble.

Les violences ont débuté après qu'une délégation, qui affirmait avoir un rendez-vous avec le préfet, a été éconduite après une longue attente. "C'est du foutage de gueule. Il ne faudra pas pleurer après cela. C'est de la faute de la France", avait déclaré peu avant les incidents Mikaël Mancée, un porte-parole des "500 frères contre la délinquance", un groupe qui encadre les manifestations.  

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !