La Grèce sans l'Euro ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
La Grèce sans l'Euro ?
©

Crise

La Grèce sans l'Euro ?

Athènes dément les informations de Der Spiegel selon lesquelles le gouvernement Papandréou envisagerait de quitter la zone Euro.

[Mise à jour le 7 mai, à 11h]

Le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker a lui aussi démenti les informations du Spiegel à la suite d'une réunion discrète avec les ministres des Finances français, allemand, italien et espagnol qui s'est effectivement tenue ce vendredi soir à Luxembourg. "Nous n'avons pas discuté d'une sortie de la Grèce de la zone euro, nous pensons tous que ce serait une option stupide", a déclaré le Premier ministre luxembourgeois qui exclut également une restructuration de la dette grecque.

[Le 6 mai, à 19h]

Sortir de la zone Euro et revenir au Drachme.

Telle aurait été l'intention du gouvernement de George Papandréou, selon des informations parues ce vendredi dans Der Spiegel. Selon le magazine allemand, une réunion  secrète des ministres des Finances européens devaient se tenir dans la soirée à Luxembourg pour évoquer cette possiblité.

Der Spiegel, qui cite une source proche du gouvernement allemand, explique que les partenaires européens de la Grèce ont calculé que si le pays sortait de la zone Euro, la monnaie unique pourrait perdre jusqu'à 50 % de sa valeur. En conséquence, le déficit public d'Athènes pourrait augmenter de 200 % et le pays sombrerait dans la banqueroute

Une source des services du Premier ministre grec a "démenti catégoriquement" les informations de Der Spiegel. Christine Lagarde parle de propos "fantaisistes", tout comme la ministre de l'Economie indique qu'une restructuration de la dette grecque n'était pas à l'ordre du jour.

Lu sur Der Spiegel

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !