Grande roue à Paris: les juges donnent raison à Marcel Campion contre Anne Hidalgo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Grande roue à Paris: les juges donnent raison à Marcel Campion contre Anne Hidalgo
©LIONEL BONAVENTURE / AFP

Roi des forains : 1 / Hidalgo : 0

Grande roue à Paris: les juges donnent raison à Marcel Campion contre Anne Hidalgo

L'imposant manège installé place de la Concorde ne gâcherait pas la vue, d'après une décision du tribunal administratif de Paris.

L'affaire (une de plus) empoisonne les affaires d'Anne Hidalgo depuis des mois. Après en avoir tressé les louages durant des années, la mairie de Paris a décidé qu'elle ne voulait plus de la grande roue de 70 m de haut installé place de la Concorde et qui appartient à Marcel Campion. La municipalité a évoqué l'objectif de sauvegarder "la perspective visuelle historique" entre l'Arc de triomphe et le Louvre.

Mais dans une décision du 22 février, le tribunal administratif de Paris a rendu une décision favorable au roi des forains, indique Le Parisien. D'après les juges, la roue "présente une structure ajourée qui n’obture pas la perspective allant du jardin des Tuileries à l’Arc de Triomphe, laquelle n’est au demeurant pas classée", rejetant ainsi l’un des arguments de la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (Sppef) qui s’attaque à la roue.

En résumé, l'imposant manège ne gâche pas la vue. Et Marcel Campion compte bien se servir de cette manche gagnée pour alimenter un référé déposé ce vendredi devant les mêmes juges administratifs. "Auprès de ces derniers, il veut sauver son contrat de six ans signé avec la capitale le 4 juillet 2016 pour faire fonctionner sa grande roue" rapporte Le Figaro.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !