Fruits et légumes : Bataille de chiffres entre producteurs et grande distribution | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Fruits et légumes : Bataille de chiffres entre producteurs et grande distribution
©

Guerre des prix

Fruits et légumes : Bataille de chiffres entre producteurs et grande distribution

Les agriculteurs dénoncent les marges abusives pratiquée par la grande distribution qui s'explique.

Des fruits et légumes à prix coûtant. C'est ce qu'on pu trouver les franciliens ce mercredi, sur 29 marchés éphémères, dont un sur la place de la Bastille. Organisés par le Modef (Confédération syndicale agricole des exploitants familiaux) depuis 1993, ces marchés de producteurs du Lot-et-Garonne, ont pour but de dénoncer les marges abusives pratiquées par la grande distribution.

"C'est une initiative de contact, de solidarité, où le producteur et le consommateur sont en contact direct, sur la base du juste prix. On veut dire notre mécontentement et faire la démonstration du juste prix", a expliqué à Atlantico Raymond Girardi, secrétaire général du syndicat. Au total, près de 40 tonnes de fruits et légumes ont été vendus, et les étals étaient vides dès 10h ce matin.

La Fédération du commerce et de la distribution (FCD) a réagit à cette initiative, avançant que les marges réalisées sur les fruits et légumes en grandes surfaces sont "extrêmement faibles, voire négatives en moyenne". Selon le regroupement de grandes enseignes, "un certain nombre de charges incompressibles doivent être prises en compte avant de fixer les prix de vente". La FCD détaille la formation de ses prix : "sur une base de 100, 57,08% correspondent au prix d'achat des fruits et légumes aux expéditeurs, 7,5% au transport et à la logistique, 28,16% aux charges et 8% à la perte".

Lu sur France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !