François Hollande assure qu'il ne veut pas prendre la tête du PS ou se présenter à des primaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Hollande assure qu'il ne veut pas prendre la tête du PS ou se présenter à des primaires
©JOEL SAGET / AFP

Reviendra, reviendra pas ?

François Hollande assure qu'il ne veut pas prendre la tête du PS ou se présenter à des primaires

L'ancien président a répondu ce dimanche à ceux qui l'imaginent revenir en politique.

François Hollande était ce dimanche l'invité de l'émission Dimanche en politique sur France 3. L'occasion pour lui de s'exprimer sur les rumeurs qui lui prêtent des velléités de retour en politique, dans le sillage de son livre Les leçons du pouvoir.

"Le peuple socialiste, le peuple de gauche, ceux qui sont attachés à la démocratie, sont plutôt heureux que je puisse leur redonner une vision, un espoir, une explication", a-t-il estimé, rejetant l'idée qu'il fasse de l'ombre au PS (qui n'est de toute façon plus que l'ombre de lui-même).

Selon lui, il faut que le PS "se reconstruise (…), qu’il fasse son travail, et Olivier Faure le fait, pour répondre aux propositions du gouvernement, pour dire aussi à Mélenchon qu’il n’est pas acceptable de convoquer les Français dans les manifestations qui sont autant d’échecs pour ensuite faire compliment au pouvoir actuel. Il faut de l’union, pas de la désunion, parler de la social-démocratie en Europe. Il y a suffisamment de thèmes pour qu’on s’en empare".

Interrogé sur le parallèle entre lui et Nicolas Sarkozy, qui était revenu en politique après avoir écrit un livre, pris la tête de son parti et s'était présenté aux primaires de la droite pour l'élection présidentielle, François Hollande a souligné qu’il n’avait "pas le même parcours". "Je n’ai pas cette volonté de devenir dirigeant du parti que j’ai conduit il y a très longtemps, ni de me présenter à des primaires. Cet élément-là ne fait pas partie de mon calendrier", a-t-il assuré.

L'ancien président s'est aussi exprimé sur l'actualité. Concernant le G7, il a estimé que le retrait de Donald Trump peut "être un coup fatal, car à quoi ça sert de passer 24 heures, même davantage pour les conseillers, pour écrire un communiqué final puis le balayer en partant même avant la fin d'un sommet de cette importance, lorsque le monde attend plutôt des apaisements, et là il y a des ruptures".

Lu dans 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !