Florence Parly : "Daesh n’est pas une armée qui se rend, c’est une armée qui attend son heure" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
Florence Parly : "Daesh n’est pas une armée qui se rend, c’est une armée qui attend son heure"
©IROZ GAIZKA / AFP

Lutte contre le terrorisme

Florence Parly : "Daesh n’est pas une armée qui se rend, c’est une armée qui attend son heure"

La ministre des Armées, Florence Parly était en visite à Pau. Elle a confirmé l’engagement de la France dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Malgré les victoires de la coalition internationale en Syrie, Florence Parly a tenu à mettre en garde contre Daesh : "C’est une armée qui attend son heure".

La ministre des armées, Florence Parly, était en visite à Pau ce jeudi auprès des forces spéciales. Elle a déclaré que la France restera engagée dans la lutte contre le terrorisme au Sahel et au Levant. 

La ministre des Armées a rappelé que la lutte contre le terrorisme serait encore longue.

En visite ce jeudi au commandement des forces spéciales à Pau, en compagnie notamment du chef d’état-major des armées François Lecoîntre, Florence Parly a donc tenu à confirmer que la France restera engagée. La présence française au Levant et au Sahel est appelée à durer. 

Malgré la victoire de la coalition internationale en Syrie contre l'Etat Islamique, l’organisation terroriste n’a pas disparu, tout comme Al-Qaïda.

Florence Parly s’est exprimée sur ce sujet sensible :

"Cet ennemi est là pour durer. Il joue le temps long. Il mise sur la jeunesse. Tout est pensé pour fabriquer, pour penser en secret la prochaine génération de tueurs. […] Daesh n’est pas une armée qui se rend, c’est une armée qui attend son heure". 

Florence Parly a également abordé une innovation qui pourrait concerner à l’avenir les missions de la France dans la lutte contre le terrorisme : 

"Fédérer des forces spéciales de différents pays afin de soutenir l’effort de nos forces spéciales au Sahel par exemple. C’est une initiative extrêmement prometteuse. Il s’agit d’être résilient dans la durée et d’illustrer le principe de solidarité qui fonde l’union européenne. Ce qui est certain, c’est que la qualité, l’excellence, de nos forces spéciales est un élément extrêmement fédérateur pour constituer cette union."

Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !