Extension de la PMA : Agnès Buzyn ne partage pas les réserves émises par l'Académie de médecine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Extension de la PMA : Agnès Buzyn ne partage pas les réserves émises par l'Académie de médecine
©LUDOVIC MARIN / AFP

Engagement

Extension de la PMA : Agnès Buzyn ne partage pas les réserves émises par l'Académie de médecine

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a évoqué la question de l'extension de la PMA lors de son passage dans le cadre de l'émission Le Grand Jury LCI, Le Figaro, RTL. Lors d'un entretien avec l'AFP, elle a également précisé que la loi serait votée avant l'été prochain.

Agnès Buzyn était invitée ce dimanche lors du Grand Jury LCI, Le Figaro, RTL. Elle s'est exprimée sur la PMA.

"Aujourd'hui, un quart des familles françaises sont monoparentales. Ne me dites pas que tous les enfants qui y naissent ne sont pas bien construits psychologiquement".

L'Académie nationale de médecine a publié un rapport dans lequel elle émet des réserves sur l'ouverture à la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires. 

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a donc tenu à répondre à l'instance, ce dimanche 22 septembre.

Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, ne partage pas l'avis de l'Académie de médecine également. Il était invité de "Dimanche en politique" sur France 3 :

"Je crois profondément, aujourd'hui, qu'un enfant peut pleinement s'épanouir au sein d'un couple de même sexe". 

Lors d'un entretien avec l'AFP, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a tenu à préciser qu'elle visait une adoption définitive du projet de loi bioéthique "avant l'été prochain", ce qui entraînera l'ouverture "immédiate" de la PMA pour toutes les femmes. Les débats vont s'ouvrir ce mardi à l'Assemblée nationale.

Alors que le texte devrait être examiné au Sénat, Agnès Buzyn estime "fort probable" que les deux chambres ne parviennent pas à un accord sur une version commune. 

Le volet du texte concernant l'accès aux origines "va nécessiter plus de temps" selon Agnès Buzyn.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !