États-Unis : il s'endort au volant de sa Tesla, une course-poursuite avec la police s'engage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
États-Unis : il s'endort au volant de sa Tesla, une course-poursuite avec la police s'engage
©ROBYN BECK / AFP

Mauvaise conduite autonome

États-Unis : il s'endort au volant de sa Tesla, une course-poursuite avec la police s'engage

Les forces de police ont fait signe au conducteur de se mettre sur le bas-côté, mais celui-ci ne s'est pas montré coopératif. Pour cause : ce n'est pas lui qui conduisait, mais le pilote automatique.

Y-a-t-il un pilote dans la Tesla ? C'est la question que se sont posée les policiers du département de Palo Alto, en Californie (États-Unis), au bout de quelques minutes de course-poursuite avec l'un des modèles de voiture autonome du milliardaire américain Elon Musk, la Tesla S. Comme le rapporte le site Palo Alto Online, les autorités ont dû faire preuve d'une grande précaution pour parvenir à arrêter le véhicule autonome, dont le propriétaire s'était endormi au volant.

"C'est bien d'avoir ces technologies, cependant…"

Tout commence lorsque les autorités locales ont constate un excès de vitesse. La Tesla roule à plus de 110 km/h ; les policiers lancent un signal de verbalisation, mais le conducteur du véhicule semble en faire fi et continue à rouler. Les forces de police se lancent alors à sa poursuite et comprennent très vite qu'ils n'ont pas affaire à un simple chauffard. Pour cause, ils aperçoivent l'automobiliste assoupi au volant. Les autorités en déduisent alors que le pilote automatique de la Tesla est activé.

Très vite, les policiers agissent en entourant le véhicule sur sa voie rapide. Une voiture de police se place devant la Tesla et la force à s'arrêter. L'arrestation aura pris au total quelque 7 minutes. Une grosse frayeur que les policiers préfèreraient ne pas s'infliger une deuxième fois. "C’est bien d’avoir ces technologies, cependant il faut rappeler aux gens que même si elles sont disponibles, ils doivent s’assurer de leur responsabilité quant au contrôle de la voiture", a expliqué le département de police après-coup. Selon les premiers tests menés par les autorités, le conducteur était sous l'emprise de substances illicites lors de son interpellation.

Palo Alto Online

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !