Etat islamique : nouveau témoignage d'une jeune femme devenue esclave sexuelle, "Ces hommes ne sont pas des humains" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La jeune femme raconte son traumatisme dans un livre écrit avec le journaliste du Figaro Thierry Oberlé.
La jeune femme raconte son traumatisme dans un livre écrit avec le journaliste du Figaro Thierry Oberlé.
©Reuters

Récit

Etat islamique : nouveau témoignage d'une jeune femme devenue esclave sexuelle, "Ces hommes ne sont pas des humains"

"Parfois ils nous menaçaient de nous torturer à l'électricité" se souvient Jinan, 18 ans.

Dans l'ouvrage "Esclave de Daech", qui paraîtra vendredi aux éditions Fayard, une jeune femme de la minorité yézidie raconte le calvaire qu'elle a enduré pendant trois mois, lorsqu'elle était détenue par les combattants de l'Etat islamique. Seulement âgée de 18 ans, Jinan raconte comment elle est devenue l'esclave de l'organisation terroriste en Irak, avant de finalement réussir à s'échapper en subtilisant les clés de ses geôliers. 

"Ils nous torturaient, voulaient nous convertir de force (…) Si nous refusions, nous étions frappées, enchaînées dehors en plein soleil, forcées à boire de l'eau dans laquelle baignaient des souris mortes. Parfois ils nous menaçaient de nous torturer à l'électricité" confie la jeune femme, dans le livre écrit avec le journaliste du Figaro Thierry Oberlé.

"Ces hommes, ce ne sont pas des humains. Ils ne pensent qu'à la mort, à tuer. Ils prennent sans arrêt des drogues. Ils veulent se venger de tout le monde. Ils affirment qu'un jour leur Etat islamique règnera sur le monde entier" poursuit Jinan.

Dans la ville de Mossoul, la jeune fille a été conduite "dans un immense salon de réception à colonnades" où "des dizaines de femmes étaient rassemblées". 

"Des combattants circulent parmi nous, ils plaisantent d'un rire gras, pincent les fesses. L'un d'eux fait la moue. "Elle a de gros nichons, celle-là. Mais je veux une yézidie aux yeux bleus. Avec un teint pâle. Ce sont les meilleures, à ce qu'il paraît. Je suis prêt à mettre le prix qu'il faudra" se souvient-elle.

Lu sur Yahoo.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !