Etat islamique : le chef du groupe djihadiste aurait été sérieusement blessé, le Pentagone en doute | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Abou Bakr al-Baghdadi
Abou Bakr al-Baghdadi
©Reuters

Ciblé

Etat islamique : le chef du groupe djihadiste aurait été sérieusement blessé, le Pentagone en doute

Selon des informations du Guardian, il ne dirige plus le groupe "au jour le jour" mais sa vie n'est pas en danger.

Le leader de l'Etat islamique a-t-il frôlé la mort ? C'est ce que prétend le journal britannique The Guardian, qui affirme ce mardi qu'un bombardement de la coalition aurait "sérieusement blessé" Abu Bakr al-Baghdadi à l'ouest de l'Irak, courant mars.

Dans un premier temps, le groupe islamiste craignait que celui-ci ne succombe à ses blessures et plusieurs réunions urgentes ont été organisées pour réfléchir à sa succession. Mais selon toute vraisemblance, l'homme se remettrait "doucement" de ses blessures bien qu'il ne dirige plus le groupe "au jour le jour."

L'information aurait été confirmée par "un diplomate occidental et un conseiller irakien," assure le quotidien qui évoquent un bombardement le 18 mars dernier dans le district de Nineveh, près de la frontière syrienne. "Oui, il a été blessé à al-Baaj, près du village de Umm al-Rous avec un groupe qui était avec lui" a ainsi confirmé la source irakienne. "Il avait choisi cette zone parce qu'il savait que les américains ne la couvraient pas beaucoup" explique une autre source au journal.

Ce n'est pas la première fois qu'une attaque contre al-Baghdadi est rapportée. En novembre et décembre deniers, deux informations avaient circulées, s'avérant finalement fausses. Un porte-parole du Pentagone a d'ailleurs précisé qu'il ne "pensait pas" que le chef de Daesh ait été blessé, soulignant que cette information avait déjà émergé en mars, sans qu'il n'y ait de preuves.
 

Lu sur Le Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !