État islamique : l'opération militaire française aura coûté 360 millions d'euros en 2016 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
État islamique : l'opération militaire française aura coûté 360 millions d'euros en 2016
©Reuters

Bilan

État islamique : l'opération militaire française aura coûté 360 millions d'euros en 2016

"L'opération au Levant coûtera à peu près 360 millions d'euros à la France en 2016, pour notre sécurité, pour éviter que Daech renouvelle ses interventions barbares sur notre territoire", a déclaré le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Selon les chiffres communiqués par Jean-Yves Le Drian dans un entretien accordé à France 2, l'opération militaire française menée contre l'État islamique en Irak et en Syrie aura coûté 360 millions d'euros en 2016. 

"L'opération au Levant coûtera à peu près 360 millions d'euros à la France en 2016, pour notre sécurité, pour éviter que Daech (acronyme arabe de l'EI, ndlr) renouvelle ses interventions barbares sur notre territoire (…) C'est le prix de notre sécurité tout compris, y compris l'envoi du porte-avions", a déclaré le ministre de la Défense, dans l'émission Complément d'Enquête, diffusée sur France 2 jeudi 17 novembre. Au total, 961 frappes ont été menées par les chasseurs français depuis 2014.

Dans le cadre de la coalition internationale dirigée par les États-Unis, la France dispose de 12 avions de chasse Rafale en Jordanie et aux Émirats arabes unis qui effectuent des opérations depuis le mois de septembre 2014 en Irak, et depuis septembre 2015 en Syrie. L'armée française a également mobilisé trois fois le porte-avions Charles-de-Gaulle depuis février 2015 pour combattre l'État islamique. 

>>>> À lire aussi : Après Mossoul, Raqqa : sauf que personne ne sait qui attaquera le dernier bastion de l'État islamique

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !