Espagne : l’infante Cristina, fille du roi Juan Carlos, au tribunal pour fraude fiscale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Espagne : l’infante Cristina, fille du roi Juan Carlos, au tribunal pour fraude fiscale
©REUTERS/Paul Hanna

Justice

Espagne : l’infante Cristina, fille du roi Juan Carlos, au tribunal pour fraude fiscale

Elle est suspectée d’avoir coopéré avec son ex-mari qui lui est soupçonné d'avoir détourné, avec un ex-associé, 6,1 millions d'euros d'argent public.

Fin des privilèges et grande première dans l’histoire de la monarchie espagnole. Un membre de la famille royale va être entendu comme n’importe quel justiciable de droit commun. En effet, ce samedi la fille du roi d'Espagne, l'infante Cristina, va devoir s’expliquer devant le juge José Castro, au tribunal de Palma de Majorque, après avoir été mise en examen pour fraude fiscale. Le magistrat la soupçonne d'avoir coopéré avec son mari, l'ancien champion olympique de handball Iñaki Urdangarin, mis en examen le 29 décembre 2011 et suspecté d'avoir détourné, avec un ex-associé, 6,1 millions d'euros d'argent public.

Avec la mise en examen de l'infante, la monarchie espagnole découvre qu'elle n'est plus intouchable. D’autant plus que depuis près de deux ans, les critiques se multiplient. En effet, à 76 ans et après 38 ans de règne, la cote de popularité de Juan Carlos est en chute libre après une série de scandales et d’ennuis de santé.



Ainsi, si "l'affaire Urdangarin" a amorcé il y a deux ans une chute catastrophique de son image, le scandale est venu aussi en 2012 d'une escapade au Botswana, pour une chasse à l'éléphant qui a choqué une Espagne meurtrie par la crise. Au point que le tabou est aujourd'hui levé sur une possible abdication au profit du prince Felipe, qui incarne à 46 ans l'espoir de la monarchie.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !