En plein "PenelopeGate", François Fillon a déjeuné avec Nicolas Sarkozy et lui aurait demandé de l'aide | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
En plein "PenelopeGate", François Fillon a déjeuné avec Nicolas Sarkozy et lui aurait demandé de l'aide
©

Tête-à-tête

En plein "PenelopeGate", François Fillon a déjeuné avec Nicolas Sarkozy et lui aurait demandé de l'aide

Selon plusieurs sources, le candidat des Républicains souhaiterait que l'ancien chef de l'Etat l'aide à calmer la fronde chez certains élus.

Le rendez-vous aurait apparu encore bien irréaliste il y a quelques mois. Empêtré depuis plusieurs semaines dans l'affaire "PenelopeGate", François Fillon a déjeuné ce mercredi avec Nicolas Sarkozy, dans les locaux de l'ancien chef de l'Etat. S'il n'y avait ni caméras ni journalistes pour immortaliser le moment, le tête-à-tête se serait "très bien déroulé, dans une ambiance chaleureuse", a assuré l'entourage du candidat de la droite à la présidentielle, évoquant un repas  "d'apaisement" et "d'unité".

"Il est normal de faire un point avec l'ancien président dans le contexte d'une situation générale politique, économique, sociale, internationale extrêmement difficile" ont également précisé ces sources. Du côté des équipes de l'ancien président de la République, on se réjouit d'un "échange confiant, franc et chaleureux". Nicolas Sarkozy "est là dans les moments difficiles", a estimé son entourage au site de franceinfo.

Mais pourquoi un tel rendez-vous ? Pour plusieurs sources, François Fillon est allé demander le soutien de Nicolas Sarkozy pour calmer la fronde de certains élus républicains qui ne croient plus à la candidature Fillon. D'autres avancent que le repas avait aussi pour objectif de préparer un pacte: une aide de Nicolas Sarkozy à François Fillon contre l'engagement de ce dernier à prendre François Baroin comme Premier ministre. 

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !