Emmanuel Macron s'agace devant un journaliste : ""Vous vouliez que je fasse quoi ? Que je reste chez moi à regarder la télévision ?" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron s'agace devant un journaliste : ""Vous vouliez que je fasse quoi ? Que je reste chez moi à regarder la télévision ?"
©LUDOVIC MARIN / AFP

Pas content

Emmanuel Macron s'agace devant un journaliste : ""Vous vouliez que je fasse quoi ? Que je reste chez moi à regarder la télévision ?"

En déplacement en Australie, le chef de l'Etat a justifié de ne pas être en France alors les syndicats défilent contre sa politique en ce 1er mai.

Emmanuel Macron a atterri à Sydney ce mardi  pour une visite de deux jours en Australie. Un déplacement loin, très loin de l'hexagone, alors que la contestation sociale reste forte en France,  notamment en ce 1er mai. A sa descente de l'avion, le chef de l'Etat a d'ailleurs été interpellé par un journaliste qui a indiqué : "On est le 1er mai, vous êtes à 18.000 km d'une grogne sociale...". "Vous vouliez que je fasse quoi ?" a coupé Emmanuel Macron. Que je reste chez moi à regarder la télévision ? J'ai autre chose à faire, je continue à travailler, les réformes continuent à être menées chaque jour et elles continueront à l’être."

Et de justifier : "Les voyages sont programmés longtemps avant, a rétorqué Emmanuel Macron. Je m’occupe en permanence de ce qu’il se passe à Paris, comme ailleurs, et vous me connaissez de tempérament, vous l’avez vu ces dernières semaines, je ne suis pas de tempérament à esquiver quoique ce soit."

Après l'Australie, le locataire de l'Elysée effectuera une visite de trois jours en Nouvelle-Calédonie. Il sera le premier président français à se rendre dans la province des îles Loyauté, à Ouvéa, où a eu lieu le 5 mai 1988 l'assaut meurtrier contre la grotte où des indépendantistes retenaient des gendarmes en otages

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !