Elections municipales : le Conseil d'Etat suspend une partie de la circulaire Castaner | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Elections municipales : le Conseil d'Etat suspend une partie de la circulaire Castaner
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Impact des résultats

Elections municipales : le Conseil d'Etat suspend une partie de la circulaire Castaner

Le Conseil d'Etat vient de décider de suspendre trois dispositions de la circulaire controversée de Christophe Castaner liée aux élections municipales.

Le ministre de l'Intérieur est à l'origine d'une circulaire ayant généré une vive polémique auprès de l'opposition et des citoyens. Le Conseil d'Etat a décidé ce vendredi 31 janvier de suspendre trois dispositions de la circulaire Castaner. 

Le Conseil a notamment suspendu l'attribution des nuances par les préfets "dans les seules communes de 9.000 habitants et plus" ainsi que "les conditions de la nuance Liste divers Centre". 

Des juges des référés ont examiné le texte ce mercredi 29 janvier.

Cette circulaire du ministre de l'Intérieur donnait l'ordre aux préfets de ne pas attribuer de couleur politique aux listes et aux candidats qui se présentaient dans les communes de moins de 9.000 habitants pour les élections municipales de 2020. Un peu plus de la moitié du corps électoral aurait été privé d'une information majeure sur l'identité politique de leurs candidats. 

L'opposition redoutait que le pouvoir "gonfle" de manière artificielle les résultats de La République en marche. Le parti de la majorité présidentielle est plus performant dans les grandes villes.

Six recours ont été déposés par Les Républicains, le Parti Socialiste et Debout la France. 

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d'Etat Laurent Nunez se sont exprimés suite à cette décision de suspension. Ils ont annoncé que leur circulaire serait "modifiée" pour tenir compte de la décision du Conseil d'Etat, sans pour autant "renoncer à répondre aux demandes des élus locaux et à correspondre aux mutations du paysage politique français". 

CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !