Ecotaxe : le contrat Ecomouv' fait toujours polémique, le ping-pong politique se poursuit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Ecotaxe : le contrat Ecomouv' fait toujours polémique, le ping-pong politique se poursuit
©

Grand débat

Ecotaxe : le contrat Ecomouv' fait toujours polémique, le ping-pong politique se poursuit

La droite et la gauche s'opposent tandis que Nathalie Kosciusko-Morizet défend la signature de ce contrat.

La passe d'armes au sujet du contrat passé par l'Etat avec Ecomouv' dans le cadre de l'instauration de l'écotaxe ressemble de plus en plus à une grande mêlée dans laquelle chacun cherche à venir placer son attaque. Alors que Jean-François Copé a jugé "aberrant" le coût de la collecte de l'écotaxe, François Bayrou considère qu'"il faut absolument tout remettre à plat (...) Ce contrat est bizarre car depuis les fermiers généraux de la monarchie et de l'Ancien Régime, il est très rare que l'on donne 20% au collecteur d'impôt".

Selon le président du MoDem, "on ne l'a pas vu passer, ça a été voté dans l'enthousiasme, à l'unanimité mais personne n'a été consulté et personne n'a voté sur l'organisation pratique, technique, financière de cette affaire". Une idée confirmée par Anne Hidalgo, qui en profite au passage pour égratigner Nathalie Kosciusko-Morizet, sa rivale pour la mairie de Paris : "On l’a votée, on l’a passée en disant que c’était Ecomouv qui devait installer les portiques parce qu’on n’avait pas le choix ! Tout simplement parce que l’Etat, Madame Nathalie Kosciusko-Morizet, en tant que ministre de l’Environnement, avait signé pour que ce soit cette société-là qui soit la société prestataire sur toute la France !"

NKM : "Il faut qu’elle regarde ce qu’elle signe, Madame Hidalgo !"

"C’est un contrat qui a été passé dans les règles, en toute transparence, à la suite d’un dialogue compétitif, c’est-à-dire d’une négociation, qui a duré plus d’un an, répond NKM. Il faut qu’elle regarde ce qu’elle signe, Madame Hidalgo ! Parce que l’écotaxe, elle voulait la faire et la faire plus vite et avec Ecomouv. Il y a une délibération de novembre 2012 au Conseil de Paris (...) Dans l’exposé des motifs, on indique très clairement que la ville de Paris demande que l’écotaxe soit accélérée, que le périphérique soit inclus".

L'ancienne ministre de l'Ecologie n'est pas la seule à défendre la signature du contrat. A ceux qui réclament une commission d'enquête, Jean-Pierre Raffarin répond que la procédure, contestée en tribunal administratif, "a été validée en Conseil d'Etat et qu'il y a déjà eu enquête". Selon lui, "les socialistes sont plus forts en acrobatie qu'en économie. Ils ont un problème énorme d'écotaxe, alors ils ont trouvé le moyen de faire des commissions d'enquête, tout ça parce qu'ils sont embourbés dans un dossier qu'ils ont mal ficelé".

Même son de cloche chez Jean-François Copé. "Je rappelle que l’écotaxe, que nous avions décidée dans son principe en 2008-2009, nous l’avions reportée pour des raisons qui tenaient à la crise financière. En 2012, rien n’empêchait François Hollande s’il n’y croyait pas - c’est l’époque où il défaisait tout ce que nous avions fait - de la supprimer", a déclaré le président de l'UMP. Une idée appuyée par Bruno Le Maire selon qui "il n’y a pas de scandale Ecomouv' mais surtout une diversion faite par un gouvernement qui ne cesse de reculer sur toutes ces décisions".

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !