Economie : Nouvelle baisse de la production industrielle en France en février | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Economie : Nouvelle baisse de la production industrielle en France en février
©Markit Economics

Inversion des courbes

Economie : Nouvelle baisse de la production industrielle en France en février

L'industrie manufacturière de l'Eurozone baisse également, pour atteindre son niveau le plus bas en 12 mois.

L'indice PMI Markit, qui mesure la production manufacturière en France et dans l'Eurozone, indique un recul de l'activité manufacturière en France pour le mois de février. C'est le premier recul depuis 6 mois. Cet indice est fondé sur un sondage des acheteurs de produits manufacturiers, pour leur demander si leur activité augmente ou baisse. 

Les nouvelles commandes manufacturières ont reculé, ce qui entraîne un recul de la production. Si l'emploi manufacturier reste stable en février, les prix d'achat et de vente baissent, accroissant la pression déflationniste. "Les dernières données PMI mettent de nouveau en évidence une croissance quasi-nulle du secteur manufacturier français en février. Cette faiblesse du secteur s’explique par un nouveau recul des nouvelles commandes et par le léger repli de la production qui en résulte. Parallèlement, les indices sur les prix continuent de signaler des tensions déflationnistes, celles-ci venant exacerber le climat actuel de faible inflation", résume Jack Kennedy, Senior Economist à Markit.

En parallèle, la production manufacturière sur l'ensemble de l'Eurozone ne se porte pas vraiment mieux. L'indice PMI enregistre son niveau le plus bas depuis 12 mois. Les indicateurs de croissance de la production, des nouvelles commandes, des nouvelles commandes à l’export et de l’emploi ont tous ralenti en février. En cause principalement, la stagnation en France et en Allemagne, et le retour à la baisse en Grèce. "La faiblesse de la demande sur les marchés intérieurs est exacerbée par la détérioration de la conjoncture économique mondiale. L’ensemble des pays couverts par l’enquête, à l’exception de l’Autriche, signalent une baisse ou une croissance moins soutenue de leurs ventes à l’export", résume Chris Williamson, Chief Economist à Markit.

A LIRE AUSSI : Pourquoi l’ancien président de la banque d’Angleterre considère que l’euro est voué à l’échec, et pourquoi l’attitude allemande lui donne raison

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !