Ebola: les contrôles de passagers ont commencé à Roissy, un cas possible détecté | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ebola: les contrôles de passagers ont commencé à Roissy, un cas possible détecté
©

A moitié utile

Ebola: les contrôles de passagers ont commencé à Roissy, un cas possible détecté

Les premiers passagers en provenance de Conakry ont été soumis ce matin à des contrôles de température, à l'aéroport de Roissy - Charles de Gaulle.

A leur descente de l'avion, les passagers du vol Conakry-Paris ont été les premiers, ce matin, à passer à travers les mesures de sécurité mises en place pour tenter d'éviter une propagation du virus Ebola en France. Ils ont été accueillis avec des thermomètres laser pour détecter d'éventuels cas de fièvre. "Nous étions sur la passerelle en file indienne, des médecins prenaient notre température à distance. On est agréablement surpris, c'est allé très vite", rapporte Souhaib Bangoura, 35 ans, de retour de Guinée où il se trouvait pour des motifs professionnels.

Environ 200 passagers étaient concernés, ce matin. Selon France Info, un cas "possible" d'Ebola aurait été diagnostiqué chez une ressortissante belge âgée d'une quarantaine d'années. La femme avait à sa descente d'avion une fièvre supérieure à 38 degrés, ce qui peut être l'un des premiers symptômes du virus Ebola. Elle a été prise en charge par les équipes de l'hôpital Bichat pour des examens complémentaires. "Le fait que sa fièvre n'ait été diagnostiquée qu'à son arrivée sur le sol français interroge sur les mesures de sécurité mises en place à Conakry. Plusieurs passagers ont en effet raconté qu'ils avaient déjà été contrôlés au moment d'embarquer sur le vol en Guinée", écrit France Info.

La Guinée d'où est partie l'épidémie en décembre 2013, fait partie, avec le Liberia et la Sierra Leone, des trois pays les plus touchés par le virus. Seul problème : la mesure mise en place à Roissy ne concerne que les passagers provenant en vol direct d'un pays touché par Ebola. Or, il n'y a plus de liaison commerciale directe entre Paris et le Liberia ou la Sierra Leone.

Un éventuel porteur d'Ebola pourrait donc parfaitement partir du Liberia et arriver à Paris après une escale à l'étranger sans passer devant ces thermomètres laser.

La fièvre hémorragique Ebola a fait jusqu'ici 4555 morts sur 9216 cas enregistrés dans sept pays, selon l'OMS.

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !