Des collaborateurs de Manuel Valls soupçonnent Israël d'avoir espionné son téléphone portable | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des collaborateurs de Manuel Valls soupçonnent Israël d'avoir espionné son téléphone portable
©Reuters

Anomalies

Des collaborateurs de Manuel Valls soupçonnent Israël d'avoir espionné son téléphone portable

"Israël nie cette information. Israël considère la France comme un pays ami, lui transmet des renseignements en cas de nécessité, et ne l'espionne pas", a répondu l'entourage de Benjamin Netanyahu.

Lors de sa dernière visite en Israël, Manuel Valls et ses collaborateurs ont dû remettre leurs téléphones portables aux services de sécurité locaux avant de pouvoir pénétrer dans certains lieux, révèle L'Express. "En les reprenant, la délégation a eu la mauvaise surprise de constater que plusieurs d'entre eux présentaient des signes d'anomalie", peut-on lire dans les colonnes de l'hebdomadaire. 

Après avoir constaté ces anomalies techniques, Matignon a remis les téléphones concernés à l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi). Si l'entourage de Manuel Valls admet qu'un appareil est bien tombé en panne pendant le voyage, il précise également que "l'enquête en cours fait partie de la procédure habituelle". Le bureau de Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, a catégoriquement nié ces accusations : "Israël nie cette information. Israël considère la France comme un pays ami, lui transmet des renseignements en cas de nécessité, et ne l'espionne pas". 

Au mois de mai, Manuel Valls s'était rendu en Israël et dans les Territoires palestiniens pour porter une initiative de paix française, mais était rentré avec une opposition israélienne et un appui palestinien.

>>>> À lire aussi : Quatre jours avec Manuel Valls en Israël et dans les territoires palestiniens : retour sur une mission diplomatique impossible

Lu sur l'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !