Des anarchistes ont manifesté à Seattle et à Portland contre l’investiture de Joe Biden | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Des anarchistes ont manifesté à Seattle et à Portland contre l’investiture de Joe Biden
©Angela Weiss / AFP

Société divisée

Des anarchistes ont manifesté à Seattle et à Portland contre l’investiture de Joe Biden

Alors que les autorités redoutaient que des partisans de Donald Trump se mobilisent à Washington le jour de la cérémonie d'investiture de Joe Biden, des membres de l'ultra gauche ont pourtant manifesté dans deux villes majeures aux Etats-Unis pour protester contre Joe Biden et les autorités. 

Dans les villes de Seattle  et de Portland, des militants anarchistes, antifas et pour la justice raciale ont tenu à signifier leur rejet du nouveau gouvernement Biden et à contester les autorités, selon des informations du New York Times et de Courrier International.
 
Ces rassemblements assez inattendus se sont déroulés à Portland, dans l’Oregon, et à Seattle, dans l’Etat de Washington le 20 janvier. 
 
Selon le New York Times, "des manifestants ont brisé les vitres d’une antenne locale du parti démocrate, défilé dans les rues derrière une banderole clamant : "We don’t want Biden, we want Revenge" ["On ne veut pas de Biden, on veut notre revanche"], brûlé un drapeau américain et lancé un défi strident au nouveau gouvernement démocrate, dont les promesses de réformes, estiment-ils, ne sauveront pas le pays".
 
Le 20 janvier à Portland, "la nuit s’est finie dans les gaz lacrymogènes envoyés par les forces de l’ordre contre les manifestants".
 
A Seattle, les manifestants s’en sont notamment pris à l’ICE [Immigration and Customs Enforcement, l’agence fédérale de contrôle de l’immigration et des douanes]. Les manifestants ont notamment défilé avec une banderole portant le message suivant : "ni flics, ni prisons, ni frontières, ni présidents".
 
A Portland, la ville qui a été le théâtre durant "des mois de manifestations pour la justice raciale et fait face à une répression policière parmi les plus dures du pays", les militants ont juré de continuer leur mobilisation. Selon Courrier International et le New York Times, une pancarte des manifestants affichait la mention suivante : "Nous sommes ingouvernables".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !