Crise et tensions aux Antilles : le gouvernement décide de reporter au 31 décembre l'obligation vaccinale des soignants contre la Covid-19 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Un patient touché par la Covid-19 est traité dans un service de réanimation le 3 septembre 2021 au CHU de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe
Un patient touché par la Covid-19 est traité dans un service de réanimation le 3 septembre 2021 au CHU de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe
©CARLA BERNHARDT / AFP

Main tendue

Crise et tensions aux Antilles : le gouvernement décide de reporter au 31 décembre l'obligation vaccinale des soignants contre la Covid-19

Le gouvernement a annoncé ce vendredi 26 novembre qu'il repoussait la date de mise en œuvre de l'obligation vaccinale pour les soignants aux Antilles au 31 décembre prochain. Des troubles ont éclaté ces dernières semaines en Guadeloupe et en Martinique sur fond de contestation sociale et de protestation contre les mesures sanitaires.  

Le gouvernement a officiellement annoncé, en cette journée du vendredi 26 novembre, qu'il repoussait la date de mise en œuvre de l'obligation vaccinale pour les soignants aux Antilles au 31 décembre, selon des informations du Figaro. L'exécutif va proposer un accompagnement individuel pour soutenir l'application de cette mesure en Guadeloupe et à la Martinique, touchées par une crise sociale.
L'obligation pour les soignants de se faire vacciner contre le Covid-19 a été le point de départ de troubles et d'incidents dans les territoires d'Outre-mer. 
Sébastien Lecornu, le ministre des Outre-mer, et Olivier Véran, le ministre de la Santé, ont annoncé la levée de la suspension des soignants qui refusent la vaccination s'ils acceptent cet accompagnement individuel, selon un communiqué.
Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !